Histoire de l’étau

Histoire de l’étau

Un outil indispensable et son origine.

L’histoire ne nous livre pas l’identité de celui ou de ceux qui sont venus sur l’idée de fixer les pièces à usiner d’une manière si ferme que celles-ci, même sous l’emprise des forces démultipliées durant les processus de sciage, de limage ou de perçage, restent immobilisées. Ces personnes seraient toutefois étonnées de constater qu’aujourd’hui, dans notre époque contemporaine informatisée, l’étau a conservé son importance majeure en tant qu’outil mécanique fondamental, et que celui-ci ne risque pas d’être exclus même de l’atelier équipé de la technique électronique la plus moderne.

L’étape cruciale dans le développement progessif de cet indispensable outil de serrage jusqu’à sa forme mature actuelle, a été le remplacement de la technique de serrage avec clavettes et marteau, en usage durant le Moyen-Age, par le serrage avec filetage et levier. Le désavantage: par rapport à la mâchoire fixe, la mâchoire mobile ne pouvait qu’être utilisée en position radiale, de telle sorte que les pièces mises en serrage se coinçaient toujours plus ou moins. Ce n’est qu’à partir de 1750 avec l’invention de l’étau parallèle, grâce auquel le guidage de la mâchoire mobile se fit par coulisseau horizontal, qu’une utilisation pratique optimale de l’étau a pu se faire.   
  
Le premier étau en fonte a été fabriqué en Angleterre en 1830. Il est bien connu que le métal en fusion peut être facilement travaillé dans la forme souhaitée. Au moment du coulage, il arrive souvent que des soufflures, appelées aussi formations de retassures, se forment à l’intérieur de la fonte. En se refroidissant, la microstructure devient alors poreuse et cassante. Les conséquences: défaillances au niveau de la résistance pouvant entraîner la cassure. C’est pour cette raison, par exemple, que les pièces détachées de sécurité pour l’indsutrie automobile ainsi que les indestructibles étaux de qualité supérieure sont fabriqués aujourdúhui en acier forgé. Lors du forgeage, la microstructure de l’acier reste homogène. L’introduction du marteau pilon de forgeage à grande pondération et l’utilisation de matrices à moindre tolérance ont aussi contribué à résoudre le problème de la déformation dimensionelle.

La naissance de l’étau HEUER

Alors que Josef Heuer, bricoleur et inventeur, inventa en 1925 une nouvelle construction d’étau à matriçage composé d’un double guidage à prismes tout à fait révolutionnaire, l’Entreprise Brockhaus à Plettenberg (Sauerland) était déjà la forge de matriçage la plus grande d’Allemagne. Avec clairevoyance, on constata l’importance majeure de cette invention, un brevet d’invention fut déposé en 1927 et le lancement de la production de cet étau eut lieu peu après. Ceci est en fait l’extrait de naissance de l’étau HEUER actuel, connu dans le monde entier et qui a fait ses preuves des millions de fois.

Le départ réussi et le développement couronné de succès.
  
La chronique commente: " Après maints efforts, il a été possible, au cours de la même année, de présenter le nouvel étau à la foire d’automne de Leipzig et d’emblée, de conclure des contrats notables. " Ceci n’est pas un miracle, car l’étau HEUER-PRIMUS, indestructible et entièrement en acier forgé eut l’honneur de se faire un renom d’excellence. Les techniciens de l’Entreprise Brockhaus accueillèrent ce succès à bras le corps. Très pragmatiques, ils développèrent, en outre de l’étau HEUER-PRIMUS, - lequel avait la particularité de s’ouvrir par l’arrière, un étau qui pouvait s’ouvrir frontalement, c’est à dire en face de l’utilisateur. Ceci permit le serrage et l’usinage, également de pièces plus grandes, perpendiculairement, c’est à dire devant l’établi. Le nouveau modèle d’étau HEUER FRONT fut ainsi alors baptisé à juste titre. Jusqu’à la fin des années 30, la fabrication de l’étau HEUER FRONT fut encore améliorée et ses multiples fonctions encore perfectionnées. C’est ainsi, par exemple, que le double filetage trapézoidal assura un serrage plus fort, plus précis et plus rapide et les mâchoires tubulaires matricées contribuèrent à offrir davantage de possibilités dúutilisation. Les étaux tubulaires simples devinrent ainsi plus ou moins superflus.

Le parcours de l’outil parfait

Après la 2ème guerre mondiale, l’Entreprise Brockhaus Heuer se lança avec beaucoup d’engagement dans la nouvelle production. Avec la reconstruction de l’Allemagne, la demande pour les étaux fut plus grande que jamais. Entre autres, de par le sigle de qualité "Made in Germany" pour ce qui concernaient les produits techniques provenant d’Allemagne, le succès sur les marchés internationaux de l’export prit à nouveau de l’essor. A propos de "Made in Germany": depuis plus de 80 ans, les étaux HEUER sont fabriqués uniquement et exclusivement en Allemagne. Les méthodes de construction progressistes, tout particulièrement les techniques de soudage et de forgeage, ne laissèrent pas de répit à l’inventeur Josef Heuer jusqu’à ce que celui-ci développe un nouvel étau et qu’il en déposa le brevet d’invention en 1948. L’étau actuel HEUER repose sur le concept de base de ce brevet.   
  
Parallèlement à l’optimisation des méthodes de production, les techniciens de Brockhaus travaillèrent sans relâche au perfectionnement des modèles selon la devise : à petite cause, grand effet. L’apport du disque de pression et des circlips, par exemple, permit un réglage du tournage sur paliers de la broche qui eut pour effet subsidiaire la suppression complète des points morts au niveau de l’embrayage.   
  
Aujourd’hui, l’étau HEUER est équippé d’un guidage centré réglable, de mâchoires de serrage tubulaires matricées de série, d’un logement de la broche de précision protégé, et, grâce à sa minceur intrinsèque, -due aux coulisseaux de guidage matricés -, d’une profondeur de serrage avantageuse.